Pourquoi faire appel à un Business Angel ? Le role du business Angel pour une entreprise

WWW.FIDULINK.COM > Blog > Pourquoi faire appel à un Business Angel ? Le role du business Angel pour une entreprise

POURQUOI FAIRE APPEL AU BUSINESS ANGEL

Besoins en financement

Une part du financement des startups passe parfois par l’intervention des business angel. Il se révèle dans bien des cas un opérateur déterminant dans le financement d’une entreprise. Par définition, ce sont des particuliers anciens cadres ou chefs d’entreprise généralement issus du monde des affaires.

Ils sont épris d’aventure entrepreneuriale et investissent dans des entreprises qui apportent de nouvelles idées, de nouvelles méthodes dans l’intention d’un retour lucratif de leurs investissements. Pour ces pourvoyeurs de fonds et les créateurs, il s’agit de repérer des projets innovants et porteurs où la concurrence n’est pas encore exacerbée.

Généralement, ils se regroupent en association dans des réseaux ou/et dans des sociétés d’investissement formalisés qui permettent le contact entre les entrepreneurs et les investisseurs. Les business angel ne travaillent pas en solitaire. Une assemblée peut réunir 5 à 10 business angel dont l’apport de chacun peut varier entre 10 000 à 50 000 Euros. On constate que les montants investis par les business angel n’excèdent pas le million. Ils se chiffrent généralement entre 300 et 500 000 Euros.

Afin de laisser plus de possibilités d’actions au jeune chef d’entreprise, le business angel ne détient qu’une part minoritaire (20 % maximum en général) dans le capital de la société. C’est au futur chef que revient la tâche de rechercher la part majoritaire de son financement.

Tous les secteurs d’activité intéressent les business angel. Une large part concerne les technologies de l’information et de la communication. Sans omettre les services et l’industrie, les projets relatifs au domaine de la santé et au développement durable suscitent également leur intérêt.

Ils peuvent bénéficier de leur financement à la condition expresse qu’il existe une entente entre les deux parties. Le business angel porte une attention particulière au créateur du projet et à son équipe plutôt qu’à un étalage de chiffres et de projections futures. L’investisseur insiste sur leur motivation et leur capacité d’adaptation face à une nouvelle situation. Le projet de l’entreprise doit être réalisable, innovant, tout en présentant un grand potentiel de croissance.

Partager le savoir-faire

Le business angel ne se cantonne pas seulement au rôle de bailleur de fonds. Il sait pertinemment que le créateur d’entreprise ne se situe encore qu’au stade embryonnaire et théorique de son entreprise.

Il fournit ses recommandations et accompagne le jeune créateur pendant toute la durée du projet et dans les prises de décisions. Grâce à ses compétences d’ancien chef d’entreprise, le business angel sait mesurer les risques et possède la capacité de réagir face à toutes les situations. Il s’engage notamment dans des secteurs d’activité en relation étroite avec ses expériences.

Le jeune chef d’entreprise a l’opportunité de profiter des réseaux relationnels du business angel. Grâce à son carnet d’adresses, le futur chef d’entreprise dispose d’une multitude de contacts dans les milieux économiques, financiers, ou même politiques.

Ces diverses connaissances apportent un soutien et une aide pour les démarches futures. Cela favorise l’intervention de nouveaux investisseurs dans le financement au niveau des fonds du capital risque.

Si on recourt au business angel, c’est aussi parce qu’il possède une flexibilité d’action en agissant à tous les stades de l’entreprise, l’amorçage (recherche, concrétisation du projet), le développement du produit ou du service, les débouchés… Dans ce cas, l’investissement comporte des risques mais en retour il doit générer des gains potentiels considérables. D’autres parts, les institutions bancaires accordent plus de facilité de crédit aux entreprises qui ont eu recours au financement des business angel. Les moments critiques se situent lors de la phase de la création et durant les 2 ou 3 premières années. Les banques préfèrent ne pas prendre de risques avec des Startup, mais les créateurs doivent faire preuve de créativité pour convaincre les business angels.

Application FIDULINK MY OFFICE application IOS et ANDROID gestion et création de sociétés de onshore offshore en ligne

Langues
ÉMAIL
close slider